Le coiffeur, c'est le mal.

Publié le par Corn-Flakes

Il y a des jours où votre copine est chiante et désire que vous alliez chez le coiffeur. C'est dur, d'autant plus qu'on a pas vraiment le choix. Après de vaines supplications à tenter d'expliquer que vous voulez vous rendre chez l'un des seuls coiffeurs qui ne vous a pas loupé, elle choisit néanmoins  le moins cher possible en vous promettant que tout se passera bien. Evidemment, on y croit pas trop, mais bon, je vous l'ai déjà dit, on a pas le choix. Et donc, on rentre dans ce salon de coiffure minable. Et donc on est accueilli par cette coiffeuse corpulente avec une coupe immonde. Oui, celle-là, nous la connaissons tous, n'est-ce pas ? Et vient le moment du choix de votre prochaine coiffure. Un choix délicat que l'on choisit dans les trois pages destinées aux hommes, la quarantaine restante étant reservée à la gente féminine. Alors on prend au pif un des modèles proposé, on se dit que c'est pas si mal après tout, même si le mec sur la photo a vraiment l'air affreusement gay. Je rajoute au passage de couper court puisque mes cheveux ont tendance à pousser vite, mais aussi, ça m'arrangerait pas mal de me passer de coiffeur pour les six prochains mois. Sauf qu'en fait...

Sauf qu'en fait c'est la première fois que l'on me coupe les cheveux en utilisant principalement une tondeuse et en utilisant de temps en temps un ciseau. Sauf qu'en fait, c'est la première fois que l'on me coupe les cheveux dans un temps de record de cinq minutes. Sauf qu'en fait, c'est la première fois que l'on ne me désepaissit pas les cheveux. Sauf qu'en fait, c'est la première fois que j'ai eu l'impression d'être entre les mains d'une personne qui en a rien à foutre de vous et fais son métier comme si elle égorgeait un porc. Et à ce niveau là, on peut dire qu'elle n'a pas loupé. Par contre, au niveau de la coiffure... Je ressemble à un militaire sortant fiérement de son service. Au pire, je peux me dire que c'était probablement hype dans les années 80. Ou pas.

La morale de cette histoire, vous l'aurez compris, c'est de ne jamais aller chez un coiffeur prenant moins de 20€ (et je parle de la coupe pour homme hein).

Tout cela m'a rappelé une petite nouvelle de Philippe Jaenada intitulé : "Comment ne pas fondre en larmes chez le coiffeur" que j'avais lu dans Vice Magazine. D'ailleurs, je vous file le lien, j'suis sur que ça vous intéresse.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Orson Welles 25/03/2009 20:18

Avec ta tronche de skinhead au moins tu pourras t'amuser à effrayer les juifs dans la rue.