Twin Peaks

Publié le par Corn-Flakes



Je viens de terminer la saison 2 de Twin Peaks te le seul mot qui m'est venu à l'esprit est : Mon Dieu. Et ensuite, je me suis levé et j'ai applaudis avant de m'assoir de nouveau et de me balancer d'avant en arrière en bavant. Car oui, il est 5h du matin, et quelque fois après une trentaine d'heures sans dormir, on ne contrôle plus ces gestes. Twin Peaks, c'est tout d'abord une rencontre entre Mark Frost (scnériste de télévision) et David Lynch (pas besoin de le présenter). Les deux hommes veulent faire un film sur la vie de Marilyn Monroe. Bien vite, ce projet va dévier et va donner lieu à la série.

Le pilote d'une heure et demi débute sur la découverte du corps flottant dans l'eau de Laura Palmer. Laura, si on prend en compte le projet initial des deux créateurs de la série est une sorte de Marilyn Monroe de province dont ses belles apparences ne sont là que pour camoufler sa seconde vie. Une vie de droguée et de nymphomane. La première partie qui s'arrête à l'épisode 15 (à ne pas confondre avec la première saison qui ne contient que sept épisodes) sert à nous dévoiler progressivement qui est l'assassin de Laura Palmer. Pour mener l'enquête, un détective du FBI est envoyé, l'agent Dale Cooper (interprété par Kyle MacLachlan) adorant plus que tout le café et les tartes aux cerises et racontant ses aventures et ses pensées à Diane, son dictaphone (ou une personne à qui il envoit les cassettes, le mystère est entier là-dessus). Il s'agit d'un personnage principal particulièrement attachant de part sa singularité, son flegme à toute épreuve et l'incongruité avec laquelle il résoud les énigmes (interprétation des rêves, esotérisme...) .

Et d'ailleurs, la majorité des personnages de Twin Peaks ont leurs propres personnalités, leurs caractéristique, plus ou moins étranges, plus ou moins attachantes. On les découvre au fur et à mesure que les épisodes avancent et progressivement, on s'intégre de plus en plus dans la vie de la petite ville de Twin Peaks de la même manière que l'agent Cooper. Que ce soit Andy, le policier un peu bêta d'apparence qui cumule les gaffes et qui est largement émotif, Audrey Horne et son érotisme quasi-palpable, Leland Palmer et la folie qui l'empreigne peu à peu, etc. Attachant certes, mais il y a toujours autour de la ville et autour des personnages un climat étrange. Quelque chose de bizarre qui semble peser sur le cours normal de la ville. et c'est là que l'on retrouve de nombreuses caractéristiques de l'oeuvre de David Lynch, notamment dans les scènes ayant lieu dans la Red Room où l'utilisation de la lumière trouve toute son importance ainsi que divers effets de surimpression, et dans l'utilisation d'un ton qui n'est jamais défini. Humour, mélodrame, érotismoe, angoisse... Les tons, mais également les personnages et l'intrigue, peuvent changer d'une seconde à une autre, d'une manière absurde ou non.

Au bout de ces quinzes épisodes, le meurtre sera élucidé et l'assassin démasqué. A partir de là, la série va un peu tourner à vide, nous montrant des histoires annexes peu intéressantes et proche du soap opéra. Un vide qui va se ressentir pendant deux ou trois épisodes avant de repartir de nouveau sur une nouvelle intrigue palpitante qui va nous plonger directement dans les lieux les plus sombres et obscurs de Twin Peaks. le tout avec le brin de folie et d'absurde qu'il faut.

Bref, on a déjà élevé de nombreuses fois cette série en tant que monument télévisuel (voir cinématographique ?) majeur et culte. Et je ne peux que m'aligner et en faire de même.

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eglantine 02/08/2009 07:44

Tu me donnes vraiment envie de le voir..... même si je préfère lire que regarder des films ou des séries télévisées. J'aime ta plume. Bon dimanche

L. 26/06/2009 09:52

Raaaah et le Film ! Walk with Fire, mon Lynch préféré ( je refléchi si Blue Velvet, si ... non, mon préféré, c'est mérité, et pourtant, je suis une vraie aficionados).C'est bien touchant, quelqu'un qui découvre Twin Peaks, c'est beau, j'ai les yeux qui piquent plus qu'à l'annonce de la mort du dieu de la pop conte de la crypte.

Corn-Flakes 26/06/2009 20:24


Le film je l'avais vu avant la série, y a pas mal d'années. Faut que je pense à le revoir. A la première vision, j'avais bien aimé, mais pas tout capté evidemment.


Sylvain 25/06/2009 10:06

Putain, ça donne envie.Et le personnage du flic me fait beaucoup penser à Patrick jane, dans the Mentalist (détaché, attentif, methodes en marges - ma série n°1 du moment).Comme quoi les scenaris sont des énernels recommencements.

Eglantine 25/06/2009 07:14

Je ne regarde plus les séries télévisées..... je n'aime pas trop la télé , je préfère lire.... Bonne journée

Seba 24/06/2009 22:33

Mince t'a sraconté la fin !

Corn-Flakes 25/06/2009 19:03


Ah bon ? D'ailleurs, j'ai hésite à mettre l'excellente dernière scène de la série. "How's Annie ? How's Annie ?" Héhé :)